PPS THE WRITAH

"Le Pur Produit Sénégalais"

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram

VIDEOS

MUSIQUE

BIO

Lorsque vous croiserez ce typique Sahélien, grand, svelte avec un joli teint noir et un visage régulier que fend un magnifique sourire tout blanc, vous aurez l’impression d’être en face d’un personnage tout droit sorti d’un conte d’Amadou Kumba.
Tout y est, la majesté dans les gestes, l’aura de sagesse émanant de son tempérament posé, un regard innocent mais néanmoins très franc, le tout agrémenté d’une personnalité joyeuse et taquine.
Peut-être faut-il aller chercher l’artiste dans l’enfant qui issu d’une famille certes modeste originaire de Dangou Nord, quartier populaire de la vielle ville de Rufisque, aura grandi dans une colossale richesse culturelle et artistique.

PPS a côtoyé Philippe Monteiro avec l’aide duquel se fait « Goné bou tuuti boul joy » (Petit enfant ne pleure pas) la première chanson des « Crazy Boyz » première formation qu’il créa avec cinq de ses camarades (Souhel, Amadou, Stéphane, J-louis et Jacques) durant les vacances hivernales qu’il passait chez son oncle a la SICAP BAOBAB
C’était en 1993, Paul n’avait que 10ans dans un Sénégal où l’influence Hip-hop grandissait déjà mais c’était sans compter le refus catégorique de ses parents, au retour de ses vacances, de le laisser poursuivre dans la musique considérée en ce temps comme affaire de banditisme.
Mais trop tard, Pissety avait déjà trop écouté Mc Solaar dont il aimait reprendre les rimes à l’école devant son premier parterre d’audience (ses camarades de classe) et suivait déj{ un certain Duggy Tee. Il continue alors à écrire des textes à l’insu de son entourage et se met même à l’apprentissage des Arts notamment des Graffiti.

La révolte se fait en 1998, lorsque l’adolescent décide de former un autre groupe BA-TEEN (Black African Teenagers) avec son cousin Jules, mais cette fois le style est hardcore et le flow dur. Les atours de révolutionnaire « conscientiseur » marqués aujourd’hui par le port du bonnet a l’Amilcar Cabral se faisaient déja sentir.
C’est ainsi qu’au détour d’une rencontre avec Kangbou et Ive en 2000 qu’il forme le groupe ME-SAH-GE, mouvement d’éléments sensés amener sa génération à l’Eveil par le Hip-hop. (Rien que ça !) Et le groupe réussit son pari et finit par s’imposer comme une valeur sûre de la scène Hip-hop rufisquoise.


PPS The Writah est né et ne s’arrête pas en si bon chemin.


Son bac en poche, il s’inscrit à la Faculté des Lettres de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où il affute sa plume, bâtit son style, acquiert une solide expérience en Hip-hop en côtoyant des rappeurs de divers horizons, et devient le porte-parole du Graffiti à Rufisque avec son collectif SCRIB – Am o niak Graff.

 

Le phénomène prend forme et incarne la renaissance du hip-hop dans sa ville dont il veut être le porte-parole et la fierté à travers le monde. Pour ce faire, il parie sur un rap conscient et vivant comme l’indique si bien son concept « GUIMI GUINDI » (rester éveillé et conscientiser).

Les efforts pour une nouvelle dimension en tant qu’artiste portent leurs fruits. En 2008, il est repéré par le label 99 Jolof 4 Life avec lequel il travaille pendant 2ans avec sorties de singles et
Participations aux plus grandes scènes partout au Sénégal.
Il finit 3ème de la finale nationale du concours Nescafé African Revelation parmi plus d’un millier de groupes sur toute l’étendue du pays et signe avec le Label ROO RAP PROD’ACTION un chef d’oeuvre de 16 titres ; The Xtape qui lui vaudra d’être élu Révélation Hip Hop 2011.

PPS est comme qui dirait en work in progress, il ne s’arrête jamais dans sa quête musicale, il aime le live et les percussions sénégalaise d’où le nom et la couleur de son dernier projet « MADE IN GALSEN » sorti en début 2019, un projet live aux sonorités éclectiques, qui prend racine sur le continent et s’ouvre au monde { travers des textes adressés aux petits et grands.
Le Writah est convaincu qu’on peut faire du Hip Hop { notre manière

En 2015 en autoproduction PPS sort son premier Album international : Xaatim ak Kalláma, en partenariat avec Prince Art et Beat Salad Records, un album qui 6 mois après sa sortie est sacré Meilleur Album de l’année au Galsen Hip hop Awards 2015, un album qui le mènera a un long périple entre Paris, Munich, Casablanca, Nouakchott avant de cloturer la 1er phase de la tournee au Theatre National Daniel Sorano

PPS est comme qui dirait en work in progress, il ne s’arrête jamais dans sa quête musicale, il aime le live et les percussions sénégalaise d’où le nom et la couleur de son dernier projet « MADE IN GALSEN » sorti en début 2019, un projet live aux sonorités éclectiques, qui prend racine sur le continent et s’ouvre au monde { travers des textes adressés aux petits et grands.
Le Writah est convaincu qu’on peut faire du Hip Hop { notre manière

En militant du hip hop conscient et en parlementaire du peuple, il rappe pour représenter les oubliés et parler de sujets désormais tus dont ses ancêtres discutaient encore au crépuscule de son enfance ; les valeurs humaines, sociales, l’éternel combat de conscience qui régit ce monde et érige les peuples dans la pérennité.

Car s’il est bien une chose qui nourrit Paul Pissety Sagna, c’est la conviction de devenir l’un des leaders du hip hop Africain mais en Pur Produit Sénégalais.


Work in progress…

PHOTOS

ACTUALITES

EVENEMENTS

BOOKING

par téléphone ou en ligne

emmenemoiproduction@gmail.com
 

+33 6 48 78 75 93

© 2020 Emmène-moi Production

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Twitter Icon
  • Noir Icône Instagram